La Maison Fulgurante de Photographie

La Maison Fulgurante de Photographie

07 – 21 décembre 2018

Exposition collective au 33 route du Polygone à Strasbourg

Avec Pascal Bastien, Camille Bonnefoi, Lucine Charon, Maxime Faury, Marion Pedenon, Jean-Manuel Simoes et Henri Vogt.


 

“1 maison, 5 appartements. Une démolition imminente.

7 photographes.

Un accrochage collectif et libre.

Une envie fulgurante d’exposer.

Sans pré-avis, ni autorisation.

En souvenir des maisons de vacances.

Des contraintes et des folies du collectif.

Avec des artistes talentueux et audacieux.

Pour le plaisir de faire, puis de défaire.

Pour malmener le quotidien. Jusqu’au retour du printemps.”

 


 

Projet crée et coordonné par Laura Cassarino.

Consulter le dossier de presse 
maison fulgurante de photographie vues_1
Série «  Détache-toi ». Vues d’exposition © Florian Maurer
capture d_écran 2019-01-06 à 19.24.18
Série «  Détache-toi ». Vues d’exposition © Florian Maurer
capture d_écran 2019-01-06 à 19.23.55
Série «  Détache-toi ». Vues d’exposition © Florian Maurer

Exposition Sans Titre

Exposition Sans Titre

Finir un cycle d’enseignement en faisant un crochet de l’Université de Paris VIII -St Denis, rue de la Liberté vers le 6B, quai de Seine à St Denis comme une belle métaphore des utopies théoriques vers les utopies réalisées (en cours…).
 Une proposition faite à quelques étudiants d’un cours de photographie (L3 photo – Arts plastique) n’étant ni une démonstration d’un enseignement, ni d’une pratique mais la sortie des salles de cours vers un espace extérieur accueillant et généreux ouvert aux expériences et aux regards.
Une présentation de travaux organisée avec la volonté de rendre visible les débuts de parcours que l’on souhaite le plus personnels et aux devenirs les plus épanouis.
Roberto Martinez (mai 2013)
Avec Lucine Charon, Louise Desnos, Céleste Guichot , Gilberto Guiza-Rojas,
Konstantinos Kotais, Yasmine Lecomte, Mathilde Oudin.
Une proposition de Roberto Martinez

 

Sans Titre #2 (2013)

8 photographie encadrées (40 x 60 cm)

Une exploration (2013)

6 photographies encadrées (20 x 30 cm)

 

Exposition Interstices

Exposition Interstices

Interstices est une exposition collective en deux temps qui invite à s’immiscer dans les failles de l’image photographique. Un premier opus, autour du trouble, suggère une résistance à l’évidence.
Les artistes se jouent de l’oscillation infinie qu’effectue la photographie entre son effet de réel et sa qualité intrinsèque d’image fabriquée.
Le second opus propose des relectures d’instants et de lieux, matériaux de reconstruction. Aux commissures des temporalités, se nichent récits, fictions et archives.
En horlogerie, l’espace entre le repos et la chute de l’aiguille est appelé le chemin perdu. C’est dans ce hiatus hors du temps que les artistes inventent des parcours.
Ce collectif de 20 photographes qui se sont rencontrés à l’université Paris 8 compose ainsi des variations autour de l’entre-deux, mêlant et cultivant la diversité de leurs réalisations.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre des invitations « carte blanche » de Plateforme faites aux étudiants des écoles d’art.

Philippe Bernard / Claire Béteille / Lucine Charon / Coline Ducellier / Alice Gonin-Neveu / Clarisse Guichard / Gilberto Güiza Rojas / Emeline Hamon / Alexandra Iorga / Delphine Lebrun / Guillaume Lechat / Yasmine Lecomte / Manon Mallet / Mathieu Miannay / Mathilde Oudin / Eder Ribeiro / Juliette Roure / Yuliya Ruzhechka / Po Sim Sambath / Helena To Toan Tin //

Opus 1 : 21 Mai > 29 Mai
Opus 2 : 30 Mai > 08 Juin

 

 

Sans Titre #1 (2013)

4 tirages encadrés ( 40 x 30cm et 20 x 30cm)

 

Crédits photo : Claire Béteille et Lucine Charon

Exposition collective (S)

Exposition collective (S)

Comme un sillage, (S) trace le cheminement des réflexions multiples des diplômés du Master mention Arts Plastiques parcours Photographie et Art Contemporain : le tracé de divers regards croisés et entremêlés, mais porteurs d’une même intention ; inviter le regardeur à serpenter entre et avec les images, mouvantes et profondes.

À la manière d’un « S », cette exposition invite à suivre le tracé d’une carte pour mieux s’en éloigner ; comme un va-et-vient entre centre et marges, surface et épaisseur, leurs méandres formant un tout. Les photographies, installations et projections-vidéos au sein et autour de Mains d’Oeuvres traduisent l’acte de circuler : en voie d’un itinéraire ou en perpétuelle errance ?

Avec : Philippe Bernard, Claire Béteille, Lucine Charon, Alice Gonin-Neveu, Clarisse Guichard, Émeline Hamon, Alexandra Iorga, Young June Kim, Guillaume Lechat, Mathieu Miannay, Mathilde Oudin, Eder Ribeiro, Héléna To Toan Tin

Une proposition de : Alain Bernardini, Arno Gisinger et Daphné Le Sergent

Le dossier de presse

Le blog des diplômés du Master Photographie et Art Contemporain

 

 

Installation (2015)

Socle en bois (médium) accompagné de 15 photographies et 5 incrustations vidéos

 

Crédits photo : Héléna To Toan Tin, Guillaume Lechat et Alexandra Iorga

Exposition Collective (S)’

Exposition Collective (S)’
Comme un sillage, (S)’ trace le cheminement des réflexions multiples de ce collectif de photographes : le tracé de divers regards croisés et entremêlés et avec les images, mouvantes et profondes.

Avec Mireille Besnard, Claire Béteille, Lucine Charon, Coline Ducellier, Alice Gonin-Neveu, Clarisse Guichard, Gilberto Güiza, Émeline Hamon, Alexandra Iorga, Po Sim Sambath, Eder Ribeiro, Mathilde Oudin, Yasmine Lecomte, Guillaume Lechat, et Mathieu Miannay

Montage de l’installation :

 

 

3 collages au sol

Papier 90g – 100 x 80 cm

 

Crédits photo : Romain Darnaud et Lucine Charon

 

 

Infiniment Humain

Infiniment Humain, par le Collectif Diaph8

Du 30 septembre au 09 octobre, Diaph 8 est invité par La Maison de la photographie Robert Doisneau. Les treize artistes sélectionnés suite à l’appel à candidature lancé en mai 2016 par Michael Houlette, son directeur, exposeront une partie de leurs recherches et productions. Infiniment humain célèbre à sa manière les 20 ans de la Maison Doisneau. Elle permet de découvrir de nouveaux talents mais aussi d’ouvrir de nouvelles perspectives en questionnant cette notion d’humanisme en photographie à travers ses résonances et ses réappropriations, ses formes persistantes ou inédites.

Le dossier de presse 

 

diaph-8-infiniment-humain-4803diaph-8-infiniment-humain-4805diaph-8-infiniment-humain-4807vernissage_maison_doisneau_6-copievernissage_maison_doisneau_2-copievernissage_maison_doisneau_7-copie

Détache-toi (2015)

27 tirages argentiques et installation sonore

 

Crédits photo : Romain Darnaud